Investir en bourse avec un PEA ou plan épargne en actions

Cela fait probablement des années, voire des décennies, que vous avez entendu quelqu'un parler avec enthousiasme du Régime d'épargne-actions du Québec. Autrefois chouchou des conseillers en placement et des investisseurs, le PEA a été introduit en 1979 par le gouvernement du Québec comme moyen d'encourager l'investissement dans les entreprises québécoises. De plus, le RRQQ a offert aux investisseurs la possibilité de déduire jusqu'à 100% (certaines années, jusqu'à 150%) de leur investissement admissible contre leurs impôts sur le revenu du Québec. Son succès initial a été phénoménal, offrant aux entreprises un accès facile au capital des investisseurs et des déductions fiscales juteuses pour les contribuables québécois.

Image d'illustration d'un plan épargne en actions PEA

Tout le monde était gagnant. Il est devenu si populaire que le gouvernement a resserré le robinet, limitant l'admissibilité à l'investissement aux entreprises ayant une très petite capitalisation boursière de 100 millions de dollars ou moins (assez petite dans le paysage des marchés des capitaux). Les investisseurs ont finalement perdu leur goût pour ce type d'investissement, car le risque n'était pas perçu comme supérieur aux avantages des déductions fiscales.

C'était avant, c'est maintenant. Entrez dans le PEA. Dans le budget de mars 2009, le gouvernement du jour a déposé des modifications au RRQS qui ont élargi les sociétés admissibles pour inclure celles dont la capitalisation boursière peut atteindre 200 millions de dollars et raccourcir la période de détention requise des titres admissibles. Par ailleurs la nouvelle loi pacte pour le pea a permise d'offrir plus de souplesse à ce type d'épargne, notamment en matière de fiscalité au niveau des retraits d'actions. Il y avait aussi des stipulations concernant le nombre d'employés québécois, l'exigence que la direction centrale de la société soit dans cette province et ainsi de suite. Il n'y avait qu'un seul problème: la majorité des investisseurs en actions venaient de se faire remettre la tête au lendemain de la crise financière de 2008 et n'étaient pas d'humeur à être attirés par quoi que ce soit en rapport avec les actions, sans parler de celui de la catégorie «petite capitalisation». Heureusement, le temps guérit toutes les blessures.

Le problème est de trouver des sociétés émettant des actions éligibles ou même des fonds d'investissement offrant des parts à l'achat qui bénéficieraient également des généreuses déductions fiscales. Un de ces fonds d'investissement est le placement financier PEA Investment Inc. géré par placement financier. Existant depuis 1992 (anciennement sous la stabilité de la Banque nationale de fonds d'investissement jusqu'à son acquisition par Fiera en 2012), le placement financier PEA est un fonds commun de placement à capital fixe (ce qui signifie que les nouvelles parts ne peuvent être achetées qu'à certaines périodes de l'année) et investit dans un portefeuille diversifié de titres admissibles au PEA. Il compte actuellement 76 millions de dollars sous gestion, ce qui, selon les normes des fonds communs de placement, est relativement faible. Malgré tout, il offre tous les avantages fiscaux du PEA et respecte le mandat d'investir principalement dans des titres admissibles au PEA. La déductibilité fiscale de l'investissement de l'investisseur dans le fonds de placement financier pour le PEA devrait être d'au moins 75%, mais les gestionnaires espèrent que ce sera jusqu'à 100%, selon la répartition et le moment de leurs investissements.

En plus d'investir dans des entreprises de plus petite taille qui se qualifient pour ce programme, le portefeuille de Fiera détient également de nombreux postes hérités à plus grande capitalisation qui sont des noms familiers aux investisseurs locaux, tels que TransForce Inc. (une société de transport basée au Québec) et MTY Food Group Inc. (l'entreprise qui a peut-être fourni votre déjeuner de restauration rapide aujourd'hui).

Les investisseurs sont également limités à 10% de leur revenu total pour l'année pour la déduction fiscale du Québec. Il n'y a pas de déductions fiscales fédérales.

Ceux qui souhaitent acheter des parts du PEA de placement financier auront la possibilité de le faire dès l'ouverture du marché le 15 avril et pour une durée limitée. La fenêtre d’investissement pourrait durer jusqu’au 30 avril, mais les gestionnaires de placements ont la possibilité de fermer. Les investisseurs… envisagent certains des programmes qui offrent des impôts et des incitations.

Les parts de placement financier PEA sont disponibles auprès de la plupart des courtiers en valeurs mobilières (y compris les maisons de courtage à escompte) et des représentants de fonds communs de placement, et sont soumises à un investissement initial minimum de 2 000 $. Les investisseurs doivent se familiariser avec les frais et charges associés à un tel investissement. Le prospectus du fonds est disponible. Les investisseurs potentiels doivent également savoir que cela n'est pas considéré comme un investissement «veuves et orphelins». Les actions à petite capitalisation peuvent parfois être volatiles et carrément piquantes à d'autres. Le fait que Fiera soit en mesure de conserver certaines de ses anciennes positions au sein du portefeuille contribue à égaliser les aspérités. L'année dernière, ce fonds a enregistré un rendement de 33,3% sur 12 mois (au 28 février 2014) et un rendement moyen sur cinq ans de 14,5%. Les investisseurs doivent tenir compte de leur tolérance au risque avant d'effectuer tout investissement et doivent examiner toutes les considérations fiscales avec leurs conseillers fiscaux.